À Noëlle Ménard

René Guy Cadou et le musicien

Un jour de mars 1954, dans une classe de quatrième du Collège Moderne, un jeune professeur de Lettres modernes interpelle ses élèves : « Aujourd’hui c’est le 20 mars, jour du printemps, il y a trois ans dans un petit village du nord du département, un jeune poète est mort, il avait 31 ans. »

   À ce moment-là, un des élèves de la classe leva la main pour poser une question : « Monsieur le Professeur, est-ce vrai que les poètes meurent souvent jeunes ?... Il enchaîna : « Ça fait mourir la poésie !!! »

   Le jeune professeur qui s’appelait Yves Cosson, un peu interloqué par la question, prit un temps pour répondre : « Je ne crois pas que les jeunes poètes meurent jeunes, autrement dit la poésie ne fait pas mourir, au contraire, elle fait vivre, elle vit ! Écoutez :

 

                                               « Une pluie fine de mains,

                                               Le blanc du ciel

                                               La voix rugueuse des cloisons

                                               Lentement regagnent ma mémoire,

                                               À dos de livres.

                                               J’avais même oublié de vivre

                                               Dans le sable mouvant de tes bras. »

                                                                       (Extrait de Brancardiers de l’aube)[1]

 

   Un autre élève, sitôt la lecture achevée, leva la main et dit : « Monsieur c’est aussi beau que le son de mon violoncelle que je pratique tous les jours. C’est si beau que ça me ferait presque pleurer ! »

   Le professeur répliqua : « C’est aujourd’hui, il y a trois ans jour pour jour que le jeune poète René Guy Cadou disparaissait. Nous allons en quelque sorte lui rendre hommage, car si le poète n’est plus là, sa poésie est là, bien vivante et le restera autant que les hommes vivront. Écoutez :

 

                                               « Je suis prêt à vous suivre

                                               C’est encore une chance de vivre

                                               Un moyen comme il faut pour mourir

                                               Et l’idée d’être un homme

                                               Me donne envie de vivre »

                                                                    (Extrait de Peine de mort)[2]

 

   C’est ainsi qu’un jeune collégien passionné pour la musique eut un deuxième amour : la poésie.

Mais Musique et Poésie ne sont-elles pas à ce point semblables, qu’elles ne font qu’une dans une assurance de fusion complète, définitive.

   Ce jour-là, si la poésie de Cadou a touché une classe de joyeux collégiens, elle me fit connaître un autre grand poète qui, durant cinquante années partagea une irréversible amitié avec le musicien que je devins, ce poète était Yves Cosson.

 

   La relation Musique/Poésie a toujours été un sujet délicat, sauf dans le cas de Debussy et Mallarmé à propos de l’Après-midi d’un faune. Il est vrai que le musicien s’est inspiré du poème, se gardant bien d’une mise en musique du poème.

   Souvenons-nous de la célèbre injonction de Victor Hugo : « J’interdis que l’on dépose de la musique au pied de mes vers. »

   La poésie de Cadou n’a pas semblé inspirer des compositeurs ; J’ai presque envie de dire : la poésie c’est sa musique à lui. La musicalité des vers, il la connaissait par son oreille interne et, il en éprouvait l’exactitude par la déclamation. Il aimait lire ses poèmes qu’il venait d’écrire, devant ses amis qui venaient le voir.

   L’acte d’écrire, de créer, reste un mystère, une énigme ! Quel est le déclenchement créatif qui instaure un état exceptionnel propre à développer un imaginaire sans fin ?

Lorsqu’il écrit :

                                                 « Toi qui hantes ma vie comme un enfant perdu

                                               Et mesures l’élan à la douceur du geste

                                               Sauras-tu reconnaitre au fond de ce qui reste

                                               Le rougeoiement d’un cœur que tu n’attendais plus »

                                                                       (Extrait de Le grand voyage)[3]

 

   La puissance de « l’élan à la douceur du geste » transcende l’image du mouvement somme toute contradictoire, en opposition. L’image poétique s’exalte dans l’antinomie de l’élan (le cœur, le sentiment) à la douceur du mouvement (le corps). Plus loin la force du « rougeoiement du cœur » sonne comme un violent coup de cymbale dans une trame sonore certes interrogative, néanmoins sereine.

   C’est dans le déclenchement primordial (donc avant l’écriture proprement dite) – dans ce que Hector Berlioz appelait « l’idée fixe » que le poème s’établit. Les processus de développement ne sont pas éloignés de ceux utilisés par les musiciens qui procèdent par accumulation, substitution, dispersion etc… L’assemblage des idées, des images n’est pas loin des procédés d’orchestration tels qu’on les pratique encore.

   Lisons la fin du poème Maison nomade [4]:

 

                                               « Ta voix dans la verdure

                                               Ta poitrine qui tient aux roues de la voiture

                                               Et le paraphe bleu qui signe l’aventure »

 

   Dans les classes d’écriture et d’analyse musicale du Conservatoire de Paris, on se livrait à une sorte de décorticage des éléments constitutifs d’une œuvre. Faisons de même pour ce poème :

 

   Voix, Verdure, Voiture, Aventure sont comme un écho sans fin qui confère une dynamique dans le rebondissement du son lui-même. C’est ce que l’on appelle une Attaque/Résonance ou Transitoire d’attaque. Ici le V serait comme le pizzicato sur la corde dans la nuance (forte/piano) : effet de percussion.

   La poésie de Cadou s’inscrit dans ce que nous appelons la « petite forme » dédiée à des formations de chambre (musica da camera) ne dépassant pas le quatuor ou le sextuor. Les œuvres écrites sont généralement de dimension modeste permettant dans un espace contenu (musique de salon) d’en percevoir toute l’intimité.

   Dans ses Conseils et notes (1948-1949) Cadou n’écrit-il pas : « La poésie ne devra jamais être pour vous une surcharge si délicate soit-elle mais s’inscrira dans la page comme une onde à longue portée en plein ciel ».

   J’aurais envie de changer « la poésie » par « la musique » !

   La fluidité des vers dans la poésie de Cadou n’est pas sans rappeler celle des quatuors de Fauré, Debussy et, bien évidemment Messiaen dans son œuvre magistrale Le quatuor pour la fin du temps.

 

 

 

   Dans cette idée de correspondance musique/poésie, lisons la dernière strophe du poème intitulé Place Bretagne[5] :

 

                                               « Prunelles endormies de la Place Bretagne »

                                               Où vacillait jadis le cœur de mon ami

                                               L’ombre a tout effacé lentement je m’éloigne

                                               Celui que j’attendais ne viendra plus ici ».

 

   Le vers s’étire comme un son lisse, pur, comme la fameuse mélodie de timbre que Schoenberg a développé dans la troisième des Cinq Pièces pour orchestre (1934).

   Ineffable beauté où le temps est suspendu dans une attente sans fin.

 

   Je citerai pour finir un extrait de la Préface de Michel Manoll (Poésie de la vie entière p. 7)

 

   « Le temps qui m’est donné, que l’amour le prolonge » [6] a écrit René Guy Cadou dans un de ses poèmes .

 

 

Juillet 2020

 

 

 

 

[1] Brancardiers de l’aube (1937)

[2] Peine de mort in Années-lumière (1939)

[3] Grand voyage in La vie rêvée (1944)

[4] Maison nomade in La vie rêvée (1944)

[5] Place Bretagne in Grand élan (1943)

[6] Barrière de l’octroi in Visages de solitude ( 947)